• Edito 2010 par Jaosoa Antoine

     

    Bonne année à tous.

     

    Depuis bientôt un an que notre Pays est tombé dans le piège de la politique politicienne où les principes juridiques qui ont fondé la Constitution sont bafoués par des clans qui font passer leurs querelles personnelles avant les intérêts supérieurs de la Nation à savoir la STABILITE Dans l'ORDRE INSTITUTIONNEL VOTE par le peuple.


    Cette situation de fait suite au putsch de mars 2009 a profondement bouleversé l'équilibre et la crédibilité de notre Etat de droit qui doit et sur le plan National et sur le plan Internation réconquérir sa Crédibilité.


    Notre souhait est simple: Le rétablissement d'un Ordre Institutionnel au plutôt et trouver un Consensus national pour qu'à l'avenir seul le droit et la LOI comptent pour éviter les abus de pouvoir .

    Nous sommes en dehors de ces querelles et pour la pimauté de  la LOI Fondamentale pour le bien de Tous.
    Jaosoa Antoine

     


    1 commentaire
  • Pour que Madagascar redevienne un Etat de Droit stable , il est urgent qu'on ne puisse plus admettre dans l'administration des hauts fonctionnaires et des militaires gradés qui ne s'engagent pas à respecter les règles de devoir de réserve.

    Toutes les déstabilisations de l'Etat doivent être sanctionnées immédiatement par la Justice adéquate sinon c'est la pagaille qui règne.

    Personne n'est au-dessus de la loi : Mais il y aussi des procédures à respecter quand il s'agit de réprimer ceux qui transgressent la loi.

    Donnez-nous vos avis.


    4 commentaires
  • Voici mon souhait pour notre Pays:

    Santé, prospérité et démocratie.

    Liberté d'opinion et Business pour tout le monde.

    Pour cela il faut qu'on s'entende sur la manière de sécuriser les personnes et les biens.

    Bonne chance à tous

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Messieurs,

    Notre Pays est dans le pétrin parce que jusqu'ici, des factions rivales se permettent de monopoliser la scène politique sans notre participation.

    Malgré la pagaille qu'ils ont semé dans le pays , ils s'obstinent à refaire les mêmes erreurs jusqu'à ce que Madagascar soient complètement à genoux.

    L'insécurité et la pagaille sont les ennemis du développement ou l'origine du sous-developpement.

     

    A Bon entendeur

     

     


    1 commentaire
  • Les malgaches Tia Filaminana veulent créer un comité de salut national

     

    Les malgaches de France se sont réunis hier après-midi à Montparnasse afin de rassembler les personnes qui composeront leur futur comité de salut national. Malgré la pluie et la distance, le réseau a suffisamment bien fonctionné pour réunir les principaux acteurs de cette association tout juste naissante.

     

    Les malgaches de Paris veulent créer un comité de salut national
    Même s’ils étaient peu nombreux, les malgaches ont pu, à l’occasion de cette première rencontre, dessiner une ébauche de structure pour leur nouveau comité. Le groupement, qui pourrait devenir un nouveau parti politique en fonction de son évolution, portera le nom d’Alamino, signifiant "remettons de l’ordre".

    "Nous nous inquiétons pour notre pays. Nous sommes las de le voir sombrer dans la misère, la violence, la dictature et la guerre des camps" a expliqué Marie-Anatolie Tidahy, très probablement future vice-présidente de l’association. Antoine Josoa, à l’origine de l’initiative, a précisé qu’il ne s’agissait ni de remettre le pouvoir aux mains de Marc Ravalomanana, ni de légitimer le statut d’Andry Rajoelina, l’actuel président de la Haute Autorité de Transition. Au contraire, comme le voudrait la Constitution de Madagascar, la présidence du pays doit revenir au Sénat dans l’attente d’un nouveau président élu. Et dans l’idéal, ce dernier devra être une personne jusque là inconnue et soucieuse de l’avenir de son pays.

    Une personne, pourquoi pas, formée et "préparée" par le comité lui-même. "On en a marre de ceux qui, jusqu’ici, ont dirigé le pays. Ce sont tout le temps les mêmes et ils ne veulent que s’enrichir" s’est insurgé l’un des futurs membres d’Alamino. "On ne veut plus être des victimes mais des acteurs" a déclaré Marie-Anatolie. C’est cette raison qui a poussé A. , une jeune malgache résidant en Île de France depuis 5 ans, à se montrer présente au rendez-vous.

    "Je suis motivée par le fait que les malgaches veulent faire quelque chose pour leur pays, qu'ils souhaitent avancer". Comme quelques autres, elle est surtout venue pour glaner des informations avant de s’engager. D’ailleurs, le comité n’en est qu’à ses premiers balbutiements et appelle encore plus de malgaches à le rejoindre. "Tout le monde peut nous contacter, quel que soit son parti politique. On veut surtout que notre pays soit entre de bonnes mains" a ajouté Antoine Josoa.

     

    Lundi 11 Mai 2009 - 07:44

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires